Bateau de plaisance: Tout sur la navigation écologique ou responsable

La circulation, sur terre, dans les airs ou sur l’eau, devrait toujours se faire de manière responsable. En ce qui concerne la navigation, l’enjeu est de taille dans la mesure où l’écosystème marin est fragile et sa protection est ainsi capitale. Chacun devrait ainsi en avoir conscience et agir en conséquence, mais comment faire ? Voici justement tout ce qu’il y a à savoir sur la navigation écologique ou navigation responsable.


La navigation écologique au port

La navigation écologique au port

La navigation écologique au port

La navigation commence déjà alors que le bateau n’ait pas encore quitté son port. En effet, il existe déjà quelques gestes responsables à adopter avant de prendre le large :

L’eau

L’eau, richesse inestimable et épuisable, devrait être utilisée de manière responsable. Pour ce faire, il faut en maitriser la consommation en usant d’appareils servant à réduire et calibrer le débit. Cela permet de faire d’énormes économies en eau. Les systèmes de collecte d’eau de pluie peuvent aussi servir sur un bateau, ne serait-ce que pour le lavage du matériel et de l’engin. Les osmoseurs sont, pour ce faire, utiles pour purifier et recycler l’eau de pluie ou carrément l’eau de mer.

Les déchets

Quant aux déchets, ils sont toxiques pour la faune et la flore. Pour y remédier, il est interdit de jeter quoique ce soit par-dessus bord, surtout les sacs plastiques qui mettent plusieurs milliers d’années à se décomposer. Si l’on aperçoit des détritus flotter sur l’eau, il est conseillé de les ramasser ; les matières organiques et les emballages sont à trier puis à jeter dans un lieu approprié à l’abri du vent.  Au port, les déchets sont à jeter dans des containers prévus à cet effet en veillant à bien respecter chaque consigne de tri. Les cuves d’eau usée ne sont à vidanger que dans les endroits prévus à cet effet. Enfin, il est important de sensibiliser les autres à faire de même.

L’entretien du bateau

Entretenir le bateau de manière écologique est aussi fortement encouragé.

Pour le moteur, il vaut mieux utiliser un moteur GPL qu’il soit électrique ou quatre-temps au lieu d’un moteur deux-temps. Le but est tout simplement de réduire au mieux les émissions de gaz nuisibles et de bruits tout en économisant en énergie. Ensuite, le moteur est à faire réviser tous les ans et à entretenir à l’aide de lubrifiants écologiques. Lors du remplissage des nourrices, il est préférable d’utiliser une pompe manuelle et un entonnoir assez grand pour ne pas répandre le carburant dans les eaux.

En ce qui concerne le carénage c’est-à-dire le sablage, le décapage manuel et le nettoyage de toute la partie mécanique des coques des bateaux, il faut savoir que les peintures anti-salissures sont nuisibles à la flore marine. Toutefois lorsque leur usage s’avère inévitable, il vaut mieux opter pour les modèles comportant moins de pesticides et de cuivre. Aussi, leur application devrait se faire avec précaution en veillant à bien respecter les doses prescrites. Pour les petits bateaux, il ne faut recouvrir que la surface utile avec comme limite la ligne de flottaison. Tout cela est à effectuer sur les zones du port préalablement aménagées pour permettre la récupération et le traitement des résidus et des eaux de ruissellement.

La navigation écologique au large

La navigation écologique au large

La navigation écologique au large

La vie à bord

A bord du bateau, quelques gestes simples sont à adopter comme le fait d’attacher ou de faire attention aux objets légers, l’usage de cendrier de poche,  … Il faut également éviter de faire la vaisselle à bord d’un bateau ; le lavage à l’eau clair est plutôt conseillé. L’usage des toilettes en mer devrait également être limité, voire évité, surtout à l’approche des côtes et des lieux de baignades. L’embarcation devrait d’ailleurs être dotée de cuves de récupération des eaux noires et l’entretien des sanitaires est à effectuer à l’aide de produits biodégradables.

Le mouillage

Comme les fonds marins sont fragiles, certaines espèces protégées risquent de se détériorer à cause des ancrages. Ainsi, il est important de bien choisir sa zone de mouillage et de jeter l’ancre sur une partie sableuse de couleur claire. Pour ce faire, veillez à prévoir une chaine suffisamment longue et relever l’ancre à l’aplomb du bateau. Si possible, il est même préférable d’utiliser un orin.

La pêche

La pêche est une activité que beaucoup affectionnent à bord d’un bateau. Mais pour la pratiquer, il est essentiel d’avoir une bonne connaissance des zones et des périodes autorisées. Capturer les coquillages, les crustacés, et les poissons doit se faire dans le respect des tailles minimales et des quantités autorisées dans le but de préserver l’écosystème marin. Le matériel utilisé doit également respecter les normes. Lors des plongées, il faut faire attention à ne pas endommager les fonds marins avec ses palmes et ses mains. Enfin, il faut noter qu’une navigation écologique doit forcément passer par le respect des règles de navigation et des plaisanciers.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire