Les bateaux en bois qui ont marqué l’histoire

Les bateaux ont toujours tenu un rôle important dans l’histoire de l’Homme en général. En effet, les grandes guerres, les grandes expéditions, les grandes découvertes en tous genres, les grandes explorations, les grands commerces et la propagation des cultures se sont toujours fait en bateaux. Ces moyens de locomotion anciens sont aujourd’hui encore autant appréciés pour l’histoire qu’ils renferment mais aussi par leur beauté et leur charme, pour leurs trésors, pour leur ingéniosité et parfois même pour leur naufrage. Voici justement quelques bateaux en bois ayant marqué l’histoire à chacun leur manière et qui méritent que l’on sache un peu plus sur eux :

 


La Belle

Appartenant à l’explorateur Robert De La Salle, La Belle était en activité à partir de 1680 et pouvait transporter 300 personnes lorsqu’elle a quitté La Rochelle pour rejoindre la Louisiane, nommée ainsi en l’honneur de Louis XIV pour la petite histoire. En 986, l’explorateur était à la recherche du Mississippi et s’est alors retrouvé perdu dans le golfe du Mexique du côté du territoire espagnol. Il a voulu rejoindre sa destination par les terres et a donc laissé, avec son équipage composé d’une vingtaine d’hommes, La Belle aux mains de marins non expérimentés. A cause de fort vent, le navire s’est échoué dans les eaux des Caraïbes. En 1995, des vestiges de l’épave avec de nombreux autres artefacts ont été retrouvés et on peut d’ailleurs les admirer aujourd’hui encore dans l’état du Texas au musée historique de Bob Bullock.

 

Mary Rose

Mary Rose

Mary Rose

Mary Rose est un navire de guerre appartenant à la flotte anglaise. Lancé en 1511, elle a servi pour combattre contre la France, l’Écosse et la Bretagne au cours de plusieurs batailles. Le bateau en bois a ensuite été reconstruit en 1536 mais il coula le 19 juillet 1545 suite à la bataille contre les galères françaises. On le localisera pour la première fois en 1836 près de 300 ans après son naufrage et une deuxième fois en 1971. C’est finalement en 1982 que l’épave sera sortie de l’eau pour être exposé au sud du Royaume Uni à Portsmouth. Cette découverte d’ épave de bateau fût l’une des plus onéreuses de l’hisyoire de l’archéologie maritime.

 

La frégate française « Méduse »

Méduse est un navire armée de 40 canons lancée en 1810 dans le but de participer à la guerre de Napoléon dans son raid des Caraïbes. A cause du mauvais commandement du capitaine, la frégate s’est retrouvée piégée par les océans, ce qui a fait que les 400 personnes à bord ont dû être évacuées. Seulement 151 hommes se sont retrouvés sur un radeau de fortune et à cause des orages, de nombreuses personnes se sont fait emportées par les eaux et certains, souls, se sont rebellés et ont été exécutées par les officiers qui étaient présents sur le radeau.  Il semblerait qu’ensuite, après des jours, les passagers de ce fameux radeau se sont embarqués dans le cannibalisme et d’autres hommes étaient même poussés  la mer. Le radeau ne fût retrouvé qu’après 13 jours avec seulement 15 survivants à son bord. Ce triste événement a fait de la Méduse le plus ignoble naufrage de bateau de l’époque.

 


Merchant Royal

Le Merchant Royal est un navire marchand d’origine anglaise construit à Londres en 1627 par Deptford Dockyard. Le bateau est en bois et a été rendu célèbre par son naufrage survenu le 23 septembre 1641. En effet, durant ce drame, le navire marchand transportait plus de 100 000 livres d’or et 400 barres d’argent mexicain ainsi que d’autres objets précieux. En tout, le bateau en bois transportait plus de 1 milliard de dollars de trésors et même aujourd’hui encore, plusieurs personnes sont à la recherche de ce fameux trésor.

 

La Niña (Santa Clara)

La Niña (Santa Clara)

La Niña (Santa Clara)

Ce qui rend unique le bateau en bois La Niña ou Santa Clara c’est le fait qu’il s’agit de l’une des trois caravelles espagnole que Christophe Colomb utilisait. Le célèbre explorateur italien s’en est ainsi servi pour découvrir l’Amérique. L’engin fût construit avant 1492 et était le favori de Christophe Colomb. Il a donc navigué sur plus de 46 000 km sous les commandes de l’explorateur. Depuis 1501, après un voyage marchand au Venezuela, on entendit plus jamais parlé de la Nina. Le mystère reste aujourd’hui encore entier. Où est donc passé le navire ?

 

La Pinta (Santa Anna)

Cette caravelle a également fait partie de la première expédition de Christophe Colomb et lui a permis entre autres de découvrir le Nouveau Monde. Nommée « la maquillée », ce navire est de loin le plus rapide des trois caravelles en possession de l’explorateur à l’époque. C’est d’ailleurs pour cette raison que La Pinta est arrivée en première en Espagne afin d’apporter la bonne nouvelle de cette grande découverte ayant marquée l’histoire à jamais le 3 mars 1493.

 

La Santa Maria

La Santa-Maria est la troisième caravelle ayant permis à Christophe Colomb de découvrir l’Amérique durant sa grande expédition de 1492. C’est d’ailleurs la plus connue des trois puisqu’il s’agit du navire amiral de type caraque qui a transporté l’explorateur sur les terres américaines durant la nuit du 11 au 12 octobre 1492. Malheureusement, la nuit de Noel de la même année, le bateau en bois fit naufrage au large de Cap-Haïtien. Bien que l’épave du navire n’ait toujours pas été retrouvée, son magnifique ancre de 4 mètres de haut est exposée dans le musée du panthéon national haïtien de Port-au-Prince.

 

Nuestra Señora de la Mercedes

Nuestra Señora de la Mercedes

Nuestra Señora de la Mercedes

Nuestra Señora de la Mercedes est une frégate espagnole que les Britanniques ont réussi à faire couler le 5 octobre 1804 au cours de la bataille de Cape Sante Maria au large du sud des côtes du Portugal. On découvrit l’épave du bateau en bois bien plus tard en 2007 avec plus de 500 000 pièces d’argent de près de 15 tonnes, des centaines de pièces d’or et d’autres trésors. Cette trouvaille est considérée comme étant la plus vaste collection de pièces jamais récupérées d’un site en profondeur. L’ensemble du trésor est aujourd’hui visible au musée ARQUA de Carthagène en Espagne.

 

Queen Anne’s Revenge

Ce navire a été lancé par les Anglais en 1710. Il a été baptisé Concorde à la base mais par lasuite, il fut capturé par les Français en 1711 et a été rebaptisé « La concorde de Nantes ». L’histoire de ce fameux bateau en bois ne s’arrête pas là puisque plus tard, en 1717, c’est le fameux pirate Barbe Noire (Edward Teach) qui pris ses contrôles pour lui attribuer son appellation finale : « Queen Anne’s Revenge ». Ce nom est issu de la bataille « Queen Anne’s War » durant laquelle Barbe Noire avait servi pour la marine royale. Le navire sombra en 1718 et tout porte à croire que c’est l’œuvre de Barbe Noire lui-même pour éviter que l’on mette la main dessus. Ce n’est qu’en 2009 que les restes de l’épave ont été découverts par une équipe d’archéologue de l’Etat de Caroline du Nord. On peut actuellement les admirer au Musée Maritime de Beaufort dans l’Etat de New York.

 

HMS Royal George

Le HMS Royal George est un navire de première classe appartenant à la Marine navale anglaise. Le bateau en bois a été construit en 1756 et s’illustrait à l’époque comme étant le plus grand navire de guerre du monde. Avec ses 100 canons, il a eu un rôle primordial dans la guerre de 7 ans et a été sous le commandement de l’amiral Sir Edward Hawke durant la fameuse bataille de Quiberon Bay. Le navire de guerre a ensuite combattu pour la Bataille du Cape Saint Vincent. Malheureusement, le 29 aout 1782, le HMS Royal George a coulé durant une maintenance de routine effectué à Portsmouth. Au cours de ce naufrage, 800 personnes périrent ce qui en fait une des pertes maritimes les plus considérables des eaux britanniques.

 

La barque solaire

La barque solaire

La barque solaire

La barque solaire de Khéops a été retrouvée autour de la grande pyramide après avoir été enfouie pendant plus de 4500 années. Il s’agit d’une barque funéraire faite en bois de cèdre mesurant 43,5 m de long. D’après la mythologie égyptienne, la barque servait à faire vivre leurs âmes éternellement. Parmi les cinq fosses retrouvées, seulement cinq contenaient des barques et une seule d’entre elles est aujourd’hui exposée dans un musée construit à l’emplacement où la barque a été retrouvée.

 

Syracusia

Le syracisia est le plus grand navire de l’Antiquité. Construit en 240 avant Jésus Christ à la demande de Hiéron I, ce navire marchand mesurait près de 55 mètres de long. Malheureusement, il ne fit qu’un seul et unique voyage de la Sicile à Alexandrie en Egypte où on le rebaptisa Alexandria par Ptolémée II. On reconnut surtout ce navire par son magnifique ornement avec de l’ivoire et du marbre. Le bateau en bois comportait même des espaces de loisirs à bord avec un jardin et une piscine ouverte.

 

Le Vasa

Ce navire de guerre appelé Le Vasa a été construit pour le roi Gustave II en 1628. Son épave a été découverte en 1950 et était incroyablement intacte puisque la coque a été retrouvée entière alors que son naufrage s’est déroulé le 10 aout 1628 au cours d’une très courte distance durnat son voyage inaugural. On sortit Le Vasa des eaux en 1961 et on l’exposa dans plusieurs musées avant d’être actuellement exposé au musée « Vasa » de Stockholm. Visiter ce qu’il en reste du vaisseau est l’une des attractions les plus célèbres en Suède.

 

Le Victoria

Le Victoria

Le Victoria

Le Victoria est une caraque espagnole. Le bateau en bois fût le premier à avoir fait le tour du monde. En effet, en aout 1519, le navire quitte Séville sous le commandement du Portugais Fernand De Magellan. Quatre autres navires l’accompagnèrent alors. Malheureusement, le navire revint seul en Europe en septembre 1522 sous le commandement de Juan Sébastian Elcano suite au décès du capitaine qui fût tué aux Philippines en avril 1521. Cette caraque possède aujourd’hui plusieurs répliques. L’originale, elle, sombra en 1570 au cours d’un voyage en direction des Antilles.

 

Le HMS Victory

Le HMS Victory est un navire de la marine royale que l’on lança le 7 mai 1765. Il servit au cours de plusieurs batailles célèbres dont la première bataille de Ushant en 1778, la seconde en 1781, la bataille du Cape Spartel en 1782, la bataille du cape Saint Vincent en 1797 et enfin la Bataille de Trafalgar en 1805. Ce bateau en bois fût rendu célèbre au cours de cette dernière bataille puisque son commandant, le Lord Nelson, y perdit la vie. Le HMS Victory est actuellement un musée sis à Portsmouth en Angleterre.

 

Le Whydah Gally

Le navire nommé Le Whydah Gally servit en premier lieu au commerce triangulaire mais ce qui l’a rendu célèbre c’est sa capture par le pirate Samuel « Black Sam » Bellamy. Ce dernier ne l’a gardé que deux mois sous son commandement car le 26 avril 1717, le navire coula avec son capitaine à bord ainsi que 4,1 tonnes d’or et d’argent. Seulement deux personnes ont survécu à ce naufrage pour raconter l’histoire. Le trésor refit surface en 1984 sous 4,9 m d’eau et 1,5 m de sable, ce qui fait de cette trouvaille le premier trésor retrouvé après un naufrage de navire-pirate.

 

L’Essex

L’Essex

L’Essex

L’Essex est un navire tristement connu. Il a été coulé par une attaque de cachalot dans les eaux de l’océan pacifique en 1820. A bord se trouvait un équipage de 20 personnes qui ont dû passer des mois à l’eau et supporter des actes de cannibalismes afin de survivre. Seulement 8 personnes ont, par la fin, été secourues. L’histoire de Moby-Dick par Herman Melville a d’ailleurs été inspirée par cette attaque.

 

Le drakkar de Gokstad

Les Vikings sont également à l’origine de bateaux en tous genres ayant marqué l’histoire. Le bateau en bois baptisé Le drakkar de Gokstad en est un exemple parfait. Aujourd’hui exposé au musée des navires vikings d’Oslo en Norvège, il a été retrouvé en 1880. Il s’agit d’un bateau atypique que 32 rameurs devaient propulser pour avancer. On pouvait également refermer le passage des rames pour laisser place à une grande voile pouvant doubler la vitesse du navire. En eau profonde, on pouvait retirer le gouvernail afin de ne pas subir de dommages. On peut carrément dire que pour un bateau en bois construit à la fin du IXème siècle, sa technologie est plus qu’intéressante. Il servait à l’époque à mener les guerriers afin de semer la terreur sur les terres anglaises le 8 juin 793.

 

Le Great Republic

Le Great Republic est vraisemblablement le plus grand clipper en bois jamais construit. Il s’agit d’un bateau à voiles dont on se servait pour naviguer ultra rapidement. On commença sa construction le 4 octobre 1853 devant près de 30 000 spectateurs. Le voilier est dédié au commerce et a été construit pour transporter le double de tonnage que son meilleur concurrent. Il s’agissait ainsi du navire commercial le plus rentable de l’époque. Malheureusement, le Great République subit un grave incendie le 27 décembre 1853 alors qu’il était à quai avec deux autres navires. Ce feu a presque détruit le bateau en bois mais il fut quand même réparé et réduit. Cela ne l’a pas empêché de rester le plus gros navire marchand et de gagner de nombreux records de liaisons de l’époque. Le navire est, plus tard, abandonné par son équipage suite à une fuite d’eau après un ouragant au large des Bermudes en 1872, le 5 mars.

 

Conclusion

Il faut dire que l’histoire a connu de nombreux bateaux en bois l’ayant marqué de bien des manières. Certains font même encore parler d’eux aujourd’hui grâce à leur naufrage, leur génie de construction, de petits anecdotes, ou encore leur équipage et leur commandant, ainsi que les batailles durant lesquelles elles ont servies.

 

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire